Plein écran
AAA

Introduction

Introduction


Plein écran
AAA

L’art questionne depuis la caverne de Platon les illusions, comme les désillusions. Il engage la représentation sur le pan d’ombres, de chimères qui se veulent toujours plus insidieuses à mesure que les techniques de l’image se perfectionnent, que les méthodes d’appréhension du sensible s’affinent. Entre art et sciences, le numéro 7 de la revue Plastik engage dans cette voie une réflexion sur la perception et ses croyances, sur l’idéologie et ses fétiches comme sur le pouvoir créateur et ses mythes. Les 11 articles de ce recueil prolongent les enjeux du colloque (des)illusions codirigé avec Sylvie Captain-Sass et Richard Conte au Carreau du Temple le 03 novembre 2017. Ils sondent au cœur de la réalité, dans ses failles cognitives et perceptives, des enjeux plastiques, esthétiques à même de conditionner notre rapport perceptif au monde comme notre relation à la création. L’illusion très largement abordée comme une perception déformée de la réalité, comme une conception biaisée du discernement objectif demande d’être dépassée pour en saisir toute la portée. De fait elle se joue en permanence d’un lien trouble, d’une zone de tension induite par la dualité de sa racine latine illudere qui invite tout à la fois à tromper, abuser et à se jouer, se moquer. Elle fait de ce lien perméable un levier créateur à même de perturber nos perceptions cognitives, nos mythologies collectives comme les problématiques du monde contemporain.

Réalité, virtualité, mythes et croyances constituent autant de pistes de recherches créatives et théoriques à même de questionner le lien étroit entre illusion et désillusion. Elles sont autant de points d’ancrages pour déterminer la relation souvent poreuse entre ses deux niveaux perceptifs, entre le semblable et le vraisemblable, entre le réel et l’erreur, comme entre l’illusion et ses fantômes. Le présent recueil vise à sonder ce point de bascule et à en faire émerger des problématiques déterminantes pour l’art et les sciences. Des dérives de notre système perceptif – première strate de glissement de la réalité à l’erreur – à ses potentialités artistiques, ce numéro inédit de la revue Plastik est l’occasion de questionner les travers subjectifs de notre système perceptif et ses potentialités créatrices. De la plasticité cérébrale à la plasticité de l’œuvre elle explore nos failles cognitives comme nos besoins de certitudes rassurantes. Après tout, l’illusion la plus forte n’est-elle pas celle dont il n’existe aucune désillusion possible ? N’est-elle pas celle qui supplante l’expérience rationnelle par l’expérience artistique?

La manière dont les artistes, les historiens de l’art, les philosophes, comme les curateurs, nationaux et internationaux, présents dans ce recueil abordent les illusions perceptives comme les illusions perdues révèlent un même risque de basculement permanent ; un risque non sans répercussions sur la perception du monde, comme sur l’approche des évolutions perceptives, éthiques et scientifiques. La complexité du sujet nous invite en effet à penser la dualité entre illusion et désillusion dans un clivage qui impacte directement sur la création. Ce pourquoi il est important de définir quels chemins poïétiques emprunte l’artiste pour investir, dénoncer, transfigurer ou sublimer son environnement, ses conditionnements perceptifs et les illusions qui lui sont associées. Il est déterminant d’aborder la manière avec laquelle l’artiste fait de l’illusion, comme des désillusions de notre monde un levier créateur, un engagement poïétique, voire une incitation contrainte. Comme il est décisif de cerner les répercussions de ces choix artistiques sur les domaines éthiques, scientifiques voire géopolitiques.

Grâce à la collaboration de Marie Fraser, Sylvie Captain-Sass, Olivier Richon, Joan Fontcuberta, Christophe Viart, John Cornu, Jacinto Lageira, Dominique Chateau, Florian Gaité et de Richard Conte, nous vous invitons par le prisme de ces différents regards à vous emparer de la complexité du sujet. Nous présentons nos plus sincères remerciements aux contributeurs qui ont su par-delà les frontières géographiques mettre à profit leurs recherches, leurs pratiques plastiques, comme leurs expériences pour traiter un sujet aux enjeux éminemment contemporains.

Citer cet article

Hélène Virion, « Introduction », [Plastik] : Des Illusions #07 [en ligne], mis en ligne le 13 mai 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://plastik.univ-paris1.fr/introduction/

Copier la citation